Attribution1 {display: none;}

Autres stèles et monuments


Le parc Barbieux acteur et témoin d'expositions internationales

Outre le fait que cet magnifique espace a servi de décor aux expositions internationales de 1911 et 1936, il a aussi accueilli quelques monuments d'autres expositions comme celle des Arts décoratifs à Paris en 1925.

Le vase de Sèvres de l'exposition 
des Arts décoratifs à Paris en 1925


Ce vase de Sèvres de grande dimension (7,30 m de haut et 3 m de diamètre) avait été installé dans le parc Barbieux en 1926. C'était l'un des 8 exemplaires qui avait orné l'exposition des arts décoratifs, qui s'était tenue à Paris l'année précédente. Abîmé par l'usure du temps, il sera enlevé en 1962. Il subsiste, de cette œuvre d'Alain Gauvenet, son souvenir avec ces deux cartes postales. A son emplacement se situe maintenant le mini-golf.




A noter que d'autres vases se sont retrouvés à Bourges au square des Près Fichaux (détruits en 1956), de même que l'un des béliers situé à l'entrée de l'espace du pavillon de Sèvres. Deux autres béliers ont rejoint eux la cour de l'école des Arts et métiers de Lille et deux autres ainsi que la fontaine la cour des cheminots à Lens (détruit par un bombardement en 1944).


Un témoignage de l'exposition de 1911



Cette pierre provient d'une carrière de Marquise et a été exposée lors de l'Exposition de 1911. Son volume et surtout son poids, avec la crainte de la briser, lui ont valu de rester sur place et de défier le temps. Une vue rapprochée permet de distinguer quantité de coquillages fossiles.


D'autres stèles

Parmi les autres monuments, tous érigés à la mémoire de célèbres roubaisiens, il convient de découvrir celui de Jean Joseph Weerts (auteur de la fresque sur l'obtention de la « Charte des Drapiers »), Pierre Destombes (ancien adjoint au Maire de Roubaix et qui mit bien souvent sa fortune au service de la cause roubaisienne), Louis Charles Spriet (autre peintre roubaisien : son monument n'est plus qu'une simple pierre commémorative oubliée par la Ville de Roubaix et qui ne ressemble plus à rien puisque ses inscriptions sont quasiment devenues illisibles), Amédée Prouvost (poète roubaisien) et enfin le Commandant Bossut. Un autre monument, peu remarqué il est vrai - mais jusqu'à preuve du contraire ne rendant pas hommage à une roubaisienne -, est celui érigé au souvenir de Jeanne d'Arc.

Pierre Destombes




Amédée Prouvost






Louis Charles Spriet


Les travaux de rénovation ont concerné également les statues du Parc Barbieux



Jeanne d'Arc


La statue de Jeanne d'Arc, due au sculpteur Real del Sarte, qui date de 1943, a retrouvé son nez.



Commandant Bossut



Celle du Commandant Bossut, due au même sculpteur, Real del Sarte, est plus ancienne. Elle date de 1925, et rend hommage à ce héros de la guerre 1914 - 1918, né à Roubaix. Ses faits illustres sont relatés sur les 4 faces de la base de la statue, qui a été restaurée par les Compagnons du Devoir en 2015.






Ce monument avait été déplacé pour permettre la construction de l'immeuble de la " Presse du Parc "